Mon compte

Lancement d’un échange franco-allemand permanent sur l’hydrogène

Publié le 01 juillet 2021

Lancement d’un échange franco-allemand permanent sur l’hydrogène

La Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie et ses partenaires, les Associations Française (France Hydrogène) et Allemande (DWV) pour l’hydrogène ont organisé le 1er juillet une conférence pour poser les bases d’un échange permanent entre la France et l’Allemagne sur l’hydrogène.

Le soutien public à l'hydrogène réaffirmé 

Les discours d'ouverture d'Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée chargée de l'Industrie, et d'Andreas Feicht Secrétaire d'Etat au ministère fédéral de l'Economie et de l'Energie, ont réaffirmé le soutien public à l'échelle européenne pour le développement de l'hydrogène: la Ministre a précisé qu' "aucun état Européen ne peut investir seul au développement de l'hydrogène", après avoir rappelé la décision française d’injecter 7,2 milliards d'euros dans la promotion de l’'hydrogène comme un "début". Côté allemand, il a paru primordial que l’IPCEI couvre l’ensemble de la chaîne de valeur, infrastructures comprises - faisant écho à la préselection de 62 projets IPCEI au mois de mai. 

des industriels des deux côtés du rhin alignés et aux programmes volontaristes

L'évènement a également donné la parole aux industriels au plus haut niveau de la filière hydrogène allemande et française: Martina Merz, PDG de thyssenkrupp AG, Gilles Le Van, PDG d'Air Liquide Germany, Laurent Carme, PDG de McPhy, Armin Schnettler, VPE New Energy Business de Siemens Energy, Emmanuel Deneuville, directeur du programme Décarbonation chez Arcelor Mittal France et Philippe Delleur, directeur affaires publiques d'Alstom. Tous ont pu exprimer leurs souhaits en matière de financement ou de réglementation pour surmonter les obstacles qui entravent au développement de la filière. Ils ont quasi-tous insisté sur les thèmes suivants: éléctricité renouvelable à prix bas, faire de l'hydrogène une commodité, un signal politique clair pour sécuriser les investissements, ou encore créer une demande forte à l'échelle européenne. 

Concernant la la coopération franco-allemande historique, quelques messages ont été retenus: 

  • Laurent Carme, PDG de McPhy : "L’année 2020 a été l’année des annonces, l’année 2021 devra être celle de la concrétisation de celles-ci pour l’hydrogène. L’axe franco-allemand a un rôle moteur pour affirmer le leadership technologique mondial dans les énergies propres et l’hydrogène".
  • Philippe Delleur, directeur affaires publiques d'Alstom: "le seul train à hydrogène au monde est un train franco-allemand, et ce qui résonne dans la réalité de l’hydrogène en Europe qui est franco-allemande. Cette application est intéressante  et pertinente car il existe un grand réseau non-électrifié - 6000 trains diesels qui circulent - en Europe".

les associations nationales au coeur de cette coopération 

Enfin, les présidents des associations allemande et française de l'hydrogène:,Werner Diwald (DWV) et Philippe Boucly (France Hydrogène) ont tous deux salué cette initiative qui compte envoyer des impulsions positives dans l'ensemble de l'UE, en tant que nouvelle opportunité de la construction européenne. La complémentarité des projets transfrontaliers a été évoquée, et des points sur lesquels des progrès étaient encore nécéssaires ont également été soulignés. Par exemple, selon Philippe Boucly, l’infrastructure sous-jacente est nécessaire pour un marché commun de l’hydrogène, à l’instar de l’électricité ou du gaz naturel. Le projet transfrontalier MoSaHyc, entre la Moselle et la Sarre, préfigure ce qui pourrait être le marché futur de l’hydrogène. 

Lire le communiqué de la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie...

Télécharger le mot de clôture de Philippe Boucly, président de France Hydrogène... 

Nous suivre :