Mon compte

Energy Observer mis à l’eau à Saint-Malo

Publié le 21 avril 2017

Energy Observer mis à l’eau à Saint-Malo

Le 14 avril, le projet Energy Observer a franchi une étape très symbolique. En présence d’une foule compacte et d’invités, parmi lesquels les partenaires (dont l’AFHYPAC), le premier navire à hydrogène a été mis à l’eau.

C’est sous un ciel gris et par un temps un peu froid que la cérémonie s’est déroulée. Visible depuis le 8 avril sur l’Esplanade Saint-Vincent, juste en face des remparts, l’Energy Observer était monté sur un camion. Face à lui, une énorme grue. Pendant que les habitants de Saint-Malo et touristes de passage se pressaient autour de barrières, les invités embarquaient à bord de l’Etoile du Roy, un magnifique trois-mâts de Corsaires amarré Quai Duguay-Trouin. A bord, on reconnaît notamment le maire de Saint-Malo, Claude Renoult. Autre élue, venue en voisine, Valérie Nouvel (Vice-Présidente à la transition énergétique, à l'environnement et à l'innovation du département de la Manche) témoigne de son intérêt pour ce projet qui intègre l’hydrogène. La mairie de Paris avait pour sa part délégué Stéphane Fiévet, chargé des grands événements*. Les partenaires sont également venus en force, parmi lesquels Accor Hôtels, Thélem Assurances, le CEA mais aussi Air Liquide et Delta Dore. Ils sont amenés à s’exprimer au micro du speaker, qui procède à des interviews relayées sur l’Esplanade Saint-Vincent. Jérôme Delafosse, explorateur et Chef d’expédition d’Energy Observer est bien présent. Il évoque les documentaires qu’il va tourner, dans le cadre d’un accord avec le groupe Canal Plus. Mais, on ne voit pas encore le capitaine, Victorien Erussard. Les invités apprennent alors que sa femme est sur le point d’accoucher de son second enfant. Et ce n’est que peu après 13 h que le marin finira par arriver, sous les acclamations du public. L’émotion est grande, car c’est une double naissance qu’il doit célébrer ce jour-là, celle de son fils Georges (né à 12 h 51, 3,5 kg) et celle d’Energy Observer (30 tonnes).

Saint-Malo retient son souffle, car la grue pilote lentement le catamaran dans les airs. La manœuvre va durer environ 8 mn. Un décompte scandé par la foule salue l’immersion des foils sous la coque. Energy Observer se pose en douceur dans l’eau. A côté du bateau, c’est l’effervescence. Les journalistes de radio et de télévision s’arrachent Victorien Erussard et Jérôme Delafosse. Une clameur salue l’arrivée sur le quai de Nicolas Hulot. Le parrain du projet déclare devant les micros que « ce projet incarne les changements nécessaires à l'échelle planétaire ». Il évoque aussi plus particulièrement le rôle de l’hydrogène, qui permet de stocker sur le long terme l’électricité générée par les énergies renouvelables. « Saint-Malo pourrait devenir ainsi autonome en énergie », souligne Nicolas Hulot. Florence Lambert, directrice du CEA-Liten et marraine du bateau, prend aussi la parole pour expliquer qu’Energy Observer inaugure plusieurs premières mondiales. « Les défis attirent la science, qui entraîne ensuite la recherche », confie-t-elle. « C’est un très beau message, une révolution, mais au-delà du rêve et de l’émotion, il y aura derrière une réalité industrielle et des emplois », insiste Florence Lambert.

Un peu plus tard, les invités pourront visiter en avant-première le dôme de l’Esplanade Saint-Vincent, où une exposition permet d’en savoir plus sur le projet, la tournée mondiale, ainsi que le fonctionnement de l’aile de kite, des éoliennes, des panneaux solaires, des batteries et de la chaîne de production d’hydrogène à partir d’eau de mer. L’Energy Observer est représenté sous forme de maquette. On peut aussi le découvrir en action à travers une vidéo en réalité virtuelle, grâce à un casque Samsung VR. Ce film, ainsi qu’un autre en immersion avec des plongeurs au milieu des dauphins et des requins, constitue le clou de la visite. Dans le week-end, plus de 20 000 personnes auront l’occasion d’entrer dans le dôme.

Les plus chanceux auront le privilège de poser le pied à bord du navire, en arpentant le ponton et en se glissant même un instant dans le siège du capitaine. Le Président de l’AFHYPAC  se fera pour sa part présenter la pile à combustible installée à bord. Il est important de préciser qu’Energy Observer est le seul vrai et premier bateau à adopter une chaîne de production d’hydrogène. La technologie va d’ailleurs faire l’objet d’essais en mer dans les prochaines semaines.

La journée s’est terminée sur un spectacle féérique : l’illumination du bateau. A la nuit tombée, l’un des membres de l’équipe a déclenché à distance les LED qui ont été disséminées un peu partout sur Energy Observer. Le catamaran est alors devenu tout bleu, puis vert et mauve. Un final qui venait ponctuer une cérémonie très réussie. Pour l’équipe du projet, on n’avait jamais vu autant de Malouins assister au lancement d’un bateau depuis le départ de Jacques Cartier.

*Energy Observer est attendu à Paris le 1er juillet pour une cérémonie, en présence d’Anne Hidalgo.

 

Ce qu’en dit l’AFHYPAC

Pour Pascal Mauberger, Président de l’association, « l’équipe est sympathique et c’est un vrai beau projet. Cela augure bien du futur de la mobilité », souligne-t-il.

Pour sa part, Philippe Boucly (premier Vice-Président) a comparé l’expédition aux explorations de Magellan, « à la différence que les épices ont été remplacées par les énergies renouvelables ».

 

Article rédigé par Laurent Meillaud en direct de Saint-Malo

Nous suivre :